Le dōjō (道場) est un lieu de pratique et d’étude où certaines règles sont indispensables au bon déroulement de la pratique et au développement des pratiquants.

Chacun se doit le suivre le kisoku (規則), qui constitue l’ensemble de règles de bonne conduite et de politesse, le reishiki (礼式), ainsi que des règles permettant de garantir l’hygiène et la sécurité de la pratique.

Au Japon, de nombreuses règles composant le reishiki (礼式) ont une raison martiale. Ainsi, orienter les chaussures vers l’extérieur permet de pouvoir quitter rapidement les lieux ou bien intervenir en cas d’attaque. Faire asseoir l’invité d’honneur face à la porte, dos à un mur doit lui permettre de réagir en cas d’attaque. Le salut qui expose volontairement le cou et requiert de baisser les yeux est un signe volontaire de confiance. Poser le ken (剣) à droite le rend difficile à dégainer. Faire marcher l’épouse en arrière du mari, lui permet de la protéger plus facilement en cas d’agression…

Respect du dōjō

Le dōjō (道場) est un lieu dédié à la pratique et à l’étude de la discipline. Le dōjō de la Halle des Trois Sources de Bourg-lès-Valence est gracieusement mis à disposition de l’association Tenshinkan par la Ville de Bourg-lès-Valence.

Chacun se doit donc d’être responsable de la propreté et de la bonne utilisation du dōjō. Vous devez laisser le dōjō dans un état propre pour les autres classes.

Il est interdit de manger, boire, fumer, mastiquer du chewing-gum sur le tatami et dans le dōjō. En cas de déshydratation, veuillez demander l’autorisation à l’instructeur pour quitter le tapis et aller vous rafraîchir.

Respect des instruments d’entraînement

Votre keikogi (稽古儀), ou tenue d’entraînement, doit être propre et en bon état.
Vos armes doivent être rangées lorsqu’elles ne sont pas utilisées afin d’éviter tout accident lors de chutes ou de déplacement.

Ne vous servez pas d’un keikogi ou d’armes qui ne vous appartiennent pas sans demander la permission au propriétaire.

Respect des partenaires

Aite no sonkei (相手の尊敬)

Respectez vos partenaires en veillant à votre propreté corporelle avant de monter sur le tatami.

Si vous connaissez le mouvement et que vous travaillez avec quelqu’un qui ne le connaît pas, vous pouvez le guider. Mais n’essayez pas de corriger votre partenaire si vous n’avez pas le niveau yūdansha (有段者) (ceinture noire).

Avant et pendant l’entraînement, la consommation de boissons alcolisées (ou autres substances psychotropes) est formellement interdite.

Respect des anciens

Senpai no sonkei (先輩の尊敬)

Respectez les anciens car ceux-ci peuvent vous apporter beaucoup. Leur pratique plus longue leur donne une vision différente, plus reculée de la pratique.

Respect des débutants

Shoshinsha no sonkei (初心者の尊敬)

L’humilité et l’entre-aide sont deux qualités indispensables à la progression. L’aikidō n’a pas pour objet de développer l’esprit de compétition mais de collaboration. Le dōjō n’est pas non plus un endroit pour se pavaner et satisfaire son ego. Soyez donc respectueux et patients envers ceux qui débutent et ne cherchez pas à les éviter.

Adaptez votre niveau de pratique en fonction de celui de l’adversaire. Où est la gloire à projeter avec force un débutant qui ne maîtrise pas suffisamment les chutes ?

N’hésitez pas à vous adresser aux instructeurs pour plus d’explications ou de précisions sur l’étiquette.

La tenue d’entraînement

Le moment où vous changez vos vêtements de tous les jours pour revêtir votre keikogi (稽古儀), ou tenue d’entraînement, est une occasion idéale pour laisser de côté vos soucis et tensions de la vie quotidienne. Cela vous permet de retrouver une certaine sérénité indispensable à l’étude.

Afin d’éviter des accidents, n’oubliez pas d’enlever vos bijoux (bagues, colliers, bracelets…)

L’entrée sur le tapis

L’entrée sur le tapis, le tatami (畳), se fait du côté où sont assis les pratiquants, le shimoza (下座), ou éventuellement du côté shimoseki (下席).

Saluez en montant sur le tapis comme en le quittant. Les saluts doivent être réalisés en direction du kamisa (上座) et du portrait du fondateur de la discipline.

Les sandales, les zōri (草履), doivent être posées sur le bord du tapis en pointant vers l’extérieur ou posées dans des étagères à chaussures.

Ne marchez pas avec des chaussures ou sandales sur le tatami. Laissez vos zōri (草履) sur le bord du tapis en les orientant vers l’extérieur.

Ne marchez pas pieds-nus en dehors du tatami.

Vos pieds doivent être propres.

Ne restez pas sur le bas du tapis à attendre que l’enseignant arrive. Profitez de ce temps là pour effectuer quelques échauffement ou travailler des points sur lesquels vous allez porter une attention toute particulière. Par exemple, si vous avez les épaules particulièrement raides, utilisez ce moment-là pour vous échauffer les articulations à ce niveau.

Le cours commence et se termine par une cérémonie formelle. Il est essentiel d’être à l’heure pour y participer. Si toutefois vous arrivez en retard, vous devez attendre assis à côté du tapis jusqu’à ce que l’enseignant vous fasse signe de vous joindre au cours. Saluez-le à genoux en montant sur le tapis et veillez à ne pas perturber le cours.

Le salut initial

seiretsu (整列)

Un peu avant l’arrivée de l’instructeur, mettez-vous en ligne et asseyez-vous en seiza (正座).

L’instructeur prononce seiretsu (整列) pour demander aux élèves se mettre en ligne.

La façon correcte de s’asseoir sur le tatami (畳) est la position en seiza (正座). Mais si vous êtes blessé au genou, vous pouvez vous asseoir en tailleur. En revanche veuillez ne pas allonger les jambes ou vous adosser à un mur ou à un poteau. Vous devez être disponible à chaque instant.

fukusō (服装)

Vérifiez que votre keikogi (稽古着) est en bon ordre.

L’instructeur prononce fukusō (服装) pour demander aux élèves de remettre leur uniforme en bon ordre.

mokusō (黙想)

Juste avant le salut initial, les pratiquants prennent un court moment de méditation permettant de faire le vide et de se préparer à l’étude.
L’instructeur en indique le commencement en prononçant mokusō (黙想) et en indiquer la fin par mokusō yame (黙想止め).

shōmen ni rei (正面に礼)

L’instructeur se retourne alors vers les représentations des ancêtres de la discipline (photo, image).
L’instructeur salue en prononçant shōmen ni rei (正面に礼), ce qui signifie « saluez devant ».
Saluez en silence avec l’instructeur pour montrer votre respect envers les ancêtres et fondateurs de la discipline.

sensei ni rei (先生に礼)

L’instructeur se retourne ensuite vers les élèves et les salue en prononçant keiko hajimarimasu (稽古始まります) ce qui signifie « le cours commence ».
Saluez l’instructeur en prononçant onegai shimasu (お願いします) ce qui signifie que vous priez l’enseignant de vous apporter sa connaissance et êtes disposés à l’étude.

L’échauffement

Le cours débute par des exercices d’échauffement, les junbi-taisō (準備体操).

Ces exercices ont pour objectifs principaux de :

  • Préparer le corps à la pratique (i.e. prévenir le risque de blessure) par la mise en action progressive du système cardio-vasculaire et de l’ensemble des chaînes musculaires et par la mobilisation de l’ensemble des articulations.
  • Renforcer le corps.
  • Renforcer l’intégration de l’intention avec le geste.

L’enseignant montre les différents points du corps à échauffer. Certaines articulations étant particulièrement vulnérables prenez un soin tout particulier lors de l’échauffement. Ne forcez pas plus que nécessaire. Contrôlez le niveau de douleur lors des étirements.

N’oubliez pas que l’échauffement n’est pas uniquement physique mais également mental. Mettez toujours de l’intention dans la réalisation des mouvements.

Les échauffements peuvent être de plusieurs natures :

  • Etirements et flexions articulaires : genoux, épaules, poignets, cou, dos…
  • Roulades et projections : kōhō-tentō-undō (後方転倒運動), zenpō-kaiten-undō (前方回転運動)…
  • Exercices de travail du ki/intention/relaxation en statique : shinzen-tai (自然体), orenai-te (折れない手), agaranai-karada (上がらない身体)…
  • Exercices de travail du ki/intention/relaxation en dynamique : funakogi-undō (船漕運動), tenkan-undō (転換運動)…

La préparation spécifique

Le cours peut ensuite s’enchaîner sur des exercices de préparation spécifique aux techniques qui vont être étudiées.

Pour plus d’information, voir introduction à l’aikidō.

Exemple d’exercice préparatoire : l’attaquant effectue des coups d’estoc au couteau (chūdan tsuki) et le défenseur effectue uniquement des esquives par des déplacements (henka ou tenkan).

Cet exercice permet à l’attaquant d’améliorer l’efficacité de ses attaques au travers du travail sur les points suivants :

  • Distance (éviter d’attaquer de trop loin ou de trop près)
  • Timing (éviter d’attaquer trop tôt ou trop tard)
  • Effet de surprise (éviter de donner des indications préalables à l’adversaire sur ses intentions ou l’imminence de son attaque)
  • Puissance de l’attaque (engager tout le corps)
  • Rapidité de l’attaque (explosivité de l’attaque)

Cet exercice permet au défenseur d’apprendre à intercepter l’attaque tout en préservant son intégrité et en se donnant un avantage de placement au travers du travail sur les points suivants :

  • Interception (éviter de repousser l’attaque mais la dévier légèrement)
  • Distance (éviter d’être trop près de l’adversaire)
  • Posture (éviter d’être recroquevillé ce qui limite la capacité à se déplacer)
  • Timing (éviter de partir trop tôt car l’adversaire pourra corriger son attaque ou trop tard…)
  • Mental (éviter d’être paralysé par la peur du danger)
  • Déplacement (sortir de la ligne d’attaque)

L’étude des techniques

La partie principale du cours est consacrée à l’étude de différentes techniques avec un ou plusieurs partenaires.

Pour une vue d’ensemble des techniques, voir introduction à l’aikidō.

Respect de l’instructeur

Soyez polis et respectueux envers l’instructeur. Ne vous emportez jamais. Ne faites pas d’autres techniques que celles qu’il vous demande d’étudier pendant le cours (vous pouvez les garder pour l’après-cours ou les périodes de travail libre).

Respect du cours

Quand l’instructeur montre une technique, mettez vous en seiza et regarder attentivement. Après la démonstration, veuillez le saluer, puis saluez votre partenaire en disant onegai shimasu (お願いします) qui signifie « je vous prie » et commencez à travailler.

Dès que la fin d’une technique est annoncée, veuillez arrêter immédiatement votre mouvement, saluez votre partenaire, et rejoignez les autres pratiquants assis en ligne.

Veuillez ne pas rester debout sur le tapis sans travailler. S’il le faut, veuillez rester en seiza en attendant votre tour.

Veuillez ne pas quitter le tapis pendant l’entraînement sauf en cas de blessure ou de malaise et en avertissant l’instructeur.

Si vous devez poser une question à l’instructeur veuillez ne pas l’appeler mais aller vers lui et le saluer avec respect puis attendre qu’il soit disponible (un salut debout suffit dans ce cas).

Quand l’instructeur corrige un autre pratiquant, vous pouvez vous arrêter de travailler pour regarder. Dans ce cas veuillez vous asseoir en seiza et saluer de même.

Évitez de parler sur le tapis surtout si cela est sans rapport avec le travail.

Pratiquez avec assiduité et dans le plaisir de la pratique.

Le retour au calme

A la fin du cours, l’instructeur peut parfois proposer des exercices d’assouplissement, de retour au calme tels que kokyū-dōsa (呼吸動作), ou kokyū-hō (呼吸法).

Le salut final

A la fin du cours, remettez-vous en ligne et asseyez-vous en seiza (正座).

seiretsu (整列)

L’instructeur prononce seiretsu (整列) pour demander aux élèves se mettre en ligne.

fukusō (服装)

Vérifiez que votre keikogi (稽古着) est en bon ordre.

L’instructeur prononce fukusō (服装) pour demander aux élèves de remettre leur uniforme en bon ordre.

mokusō (黙想)

Faites le vide afin de retrouver le calme.
L’instructeur prononce mokusō (黙想) pour annoncer le début de la période et en indiquer la fin en prononçant « mokusō yame » (黙想止め).

shōmen ni rei (正面に礼)

L’instructeur se retourne vers les représentations des ancêtres de la discipline (photo, image).
L’instructeur salue en prononçant shōmen ni rei(正面に礼).
Saluez en silence avec l’instructeur les ancêtres de la discipline.

sensei ni rei (先生に礼)

L’instructeur se retourne vers les élèves et les salue en prononçant « keiko owarimasu(稽古終わります) » ce qui signifie « le cours se termine ».
Saluez l’instructeur en prononçant arigatō gozaimashita (ありがとう ございました) qui signifie que vous remerciez l’instructeur pour le cours.

otagai ni rei (お互いに礼)

Saluez ensuite tour à tour tous vos partenaires avec lesquels vous avez étudié pendant le cours en prononçant arigatō gozaimashita (ありがとう ございました).

L’après cours

keiko no ato (稽古の後)

Posez vos questions aux anciens ou aux professeurs si vous n’avez pas pu les poser pendant le cours. Si vous avez envie de travailler des techniques même sans rapport direct avec le cours libre à vous. N’oubliez pas cependant de nettoyer les tapis. Enlevez votre hakama et pliez le. N’oubliez pas de saluer en quittant le tapis.

Veuillez ne pas vous prélasser pas sur le tapis avant ou après les cours : il est réservé à ceux qui désirent s’entraîner.

Traditionnellement, les élèves ayant suivi le cours doivent nettoyer les tapis à l’aide d’un balais et/ou un chiffon humide. Les anciens ne sont pas non plus privés de cet exercice.